Les ambassadeurs

Partir à Gênes et rencontrer des étudiants du monde entier

Alexandre, Etudiant

Italie - Etude

Alexandre, 25 ans, a bénéficié du programme Erasmus Mundus, qui lui a permis de valider un double diplôme de master en Robotique avancée, en France et en Italie. Il en ressort avec une expérience internationale. Et une copine.

Comment as-tu découvert le programme Erasmus Mundus ?
J’étais en master 1 à l’école Centrale de Nantes. En cours, j’étais avec des étudiants qui faisaient partie du programme Erasmus Mundus dont je n’avais jamais entendu parler. J’ai discuté avec eux et ils m’ont expliqué qu’après le master 1, ils allaient faire leur master 2 à l’étranger, dans une université partenaire, et valider ainsi un double diplôme. Cela m’a tout de suite donné envie !

Qu’as-tu fait ensuite ?
J’ai demandé au bureau international de mon école si je pouvais intégrer le programme en cours de route – car normalement il faut suivre les deux années – et mon dossier a été accepté. C’est ainsi que j’ai intégré le master 2 Erasmus Mundus en Robotique avancée.

Quels étaient les choix de pays partenaires ?
Dans ce master, les partenaires de l’école Centrale de Nantes étaient une université espagnole (Castellón de la Plana), une université polonaise (Varsovie) et une université italienne (Gênes). Il y avait même la possibilité de partir en Chine. J’ai choisi l’université de Gênes.

Comment se passaient tes journées là-bas ?
J’avais une trentaine d’heures de cours par semaine, tous en anglais. Sauf le cours d’italien bien sûr ! Après les cours, on sortait pas mal entre étudiants. Et le week-end, on s’organisait pour quitter Gênes et découvrir l’Italie. J’avais une voiture, et on partait entre amis pour faire des randonnées, aller à la mer, visiter Florence, Venise.

As-tu fait des rencontres ?
Je connaissais déjà les autres étudiants de mon master qui avaient aussi choisi Gênes. Nous étions de toutes les nationalités : Mexique, Brésil, Colombie, Inde, etc. C’est comme ça que j’ai rencontré ma copine, qui est Chypriote et qui faisait le même master que moi, une année en dessous. Aujourd’hui, j’ai fini mes études, et elle poursuit son master 2, à Varsovie au 1er semestre puis à Centrale Nantes au 2ème semestre. Ce qui m’a permis de visiter Varsovie. J’y retourne d’ailleurs prochainement !

Que t’a apporté cette expérience italienne ?
Professionnellement, cela m’a permis de travailler dans un contexte international avec des gens de cultures différentes, ce qui sera primordial dans mes futurs emplois, que ce soit dans la recherche ou en tant qu’ingénieur. Les Indiens, par exemple, raisonnent différemment et c’est très enrichissant de se rencontrer. Côté personnel, j’en ressors avec l’esprit plus ouvert, et je mets plus facilement en perspective les événements qui se passent dans notre pays.

Conseillerais-tu à tous les étudiants en master de se lancer dans cette aventure ?
Si l’étudiant a l’occasion de faire un Erasmus Mundus, il faut y aller ! Nos parents et grands-parents n’ont pas eu la chance de partir aussi facilement à l’étranger. L’Europe facilite la mobilité pour nous, les étudiants ; elle développe une culture internationale, et pas seulement européenne, car les rencontres et les opportunités sont mondiales.

 

    En partenariat

Logo L'Etudiant

 

 

Témoignages associés