Les ambassadeurs

Partager son expérience avec des collègues européens

Alexandre, Personnel éducatif

Espagne - Formation

Alexandre Le Maillot est en charge du développement des formations internationales, à l’Université de Nantes. En 2017, il a bénéficié d’un crédit Erasmus+ pour partir une semaine au Pays Basque espagnol en formation.

En quoi consiste votre poste à l’Université de Nantes ?
L’intitulé exact est « directeur adjoint en charge de l’internationalisation des formations et de la valorisation de l’international ». Un titre un peu long pour dire que je suis chargé de développer les doubles diplômes, les formations délocalisées, etc. J’ai aussi la responsabilité du pôle de la mobilité sortante, qui apporte un soutien financier aux étudiants qui partent à l’étranger.

Vous-même, êtes-vous parti à l’étranger pendant vos études ?
Je suis d’abord parti en Erasmus lorsque j’étais en Licence de langues étrangères appliquées. C’était un séjour de 6 mois au Portugal. Puis, lors de mon Master en gestion de projet européen, je suis reparti grâce à Erasmus, 6 mois en Turquie. Il faut savoir que la Turquie est un des pays hors Union européenne partenaires des échanges Erasmus.

Et vous êtes donc reparti une troisième fois, grâce à Erasmus+…
Oui, mais cette fois, je n’étais plus étudiant ! Il s’agissait d’une formation de cinq jours, organisée par l’Université du Pays Basque, en Espagne. Nous sommes allés sur trois des campus de l’université, à Bilbao, San Sebastian et Vitoria. Cette formation était baptisée Staff Training Week. Elle réunissait mes homologues d’autres universités européennes. Nous étions 28 en provenance d’Italie, des Pays Bas, d’Allemagne, de Lituanie, de Finlande, de Hongrie, mais aussi d’Argentine, de Géorgie et du Kazakhstan.

Sur quels thèmes avez-vous travaillé pendant cette semaine ?
Sur les doubles diplômes et plus généralement l’internationalisation des formations. Nous avons également parlé des dispositifs de financement. Chaque participant devait faire une présentation de projet ou de financement. Pour ma part, j’ai présenté les formations internationales à l’Université de Nantes, et plus précisément un projet que nous menons depuis un an et demi : le développement des formations maritimes dans lesquelles nous voulons ouvrir des partenariats avec les universités européennes pour développer la formation à distance sur ce thème.

Que vous a apporté cette semaine en Espagne ?
Elle m’a ouvert à d’autres pratiques, m’a permis de trouver de nouvelles idées, par exemple sur le management de projet. Un tel séminaire permet de mesurer la grande variété des paysages de l’enseignement supérieur et de la recherche en Europe. J’ai aussi pu rencontrer la personne qui gère notre accord de coopération avec l’Université du Pays Basque afin de faire le point sur la suite de notre partenariat.

Quel est votre meilleur souvenir ?
L’accueil que nous avons reçu de nos collègues espagnols ! Nous avons été mis tout de suite dans d’excellentes conditions, avec une grande chaleur humaine. C’était très bien organisé, il n’y avait aucun accroc dans la semaine, et une personne était toujours disponible pour répondre à nos questions pratiques.

Que conseillez-vous à vos collègues personnels administratifs qui hésiteraient à partir ?
C’est vrai qu’il faut accepter de prendre une semaine, déconnecter de ce qu’on fait au quotidien pour prendre le temps de découvrir de nouveaux projets et trouver l’inspiration. Je leur conseille donc de bien réfléchir au bénéfice de cette mobilité : c’est une ouverture sans égal sur les pratiques de travail de nos collègues européens, qui permet de se rafraichir les idées.