Share on FacebookTweet about this on Twitter

Les ambassadeurs

Etudier en Espagne et faire son stage en Finlande

Harmonie, Etudiante

Finlande & Espagne - Formation

Il y’a beaucoup d’avantages à partir avec Erasmus. Tout d’abord, le programme permet de donner un cadre au projet de mobilité : il y a un suivi, un accompagnement sur le plan administratif et pédagogique ce qui facilite l’arrivée sur place. Autre avantage non négligeable, c’est que partir dans le cadre du programme Erasmus+, c’est surtout avoir un apport financier.

Il y’a beaucoup d’avantages à partir avec Erasmus. Tout d’abord, le programme permet de donner un cadre au projet de mobilité : il y a un suivi, un accompagnement sur le plan administratif et pédagogique ce qui facilite l’arrivée sur place. Autre avantage non négligeable, c’est que partir dans le cadre du programme Erasmus+, c’est surtout avoir un apport financier. La bourse permet de pallier aux coûts liés à la mobilité, je n’aurais certainement pas pu partir autrement. Enfin, choisir une mobilité via Erasmus+, c’est bénéficier d’une reconnaissance tant sur le plan informel ou personnel (communauté Erasmus) mais aussi d’une reconnaissance académique et professionnelle utile à la fois pendant les études qu’auprès de futurs employeurs. Par exemple, en partant avec Erasmus, je n’ai pas perdu de temps dans mon cursus, l’année validée à l’étranger est reconnue comme telle et m’a permis de poursuivre mes études dans la continuité.

« J’ai eu la chance d’étudier en Espagne et de faire un stage en Finlande grâce à Erasmus »

Avec un budget en augmentation de 40% et la volonté de faire partir les publics les plus éloignés de la mobilité, je trouve que ce nouveau programme annonce une démocratisation de la qualité de l’éducation et de la formation pour tous.

A titre personnel, je suis particulièrement intéressée par la nouvelle dimension internationale du programme. J’ai eu la chance d’étudier en Espagne et de faire un stage en Finlande grâce à Erasmus.
La possibilité de pouvoir faire cela au-delà des frontières européennes, sur d’autres continents, est une opportunité grandiose. Erasmus+ ouvre les horizons culturels et professionnels en rendant accessible ce qui n’était réservé auparavant qu’aux personnes ayant les moyens de, soit payer des frais de voyage et de scolarité autrement supérieur à ceux que l’on connaît en France, soit de passer par des organismes privés aux tarifs généralement peu abordables.

Autre point essentiel, c’est la possibilité pour les jeunes diplômés de pouvoir effectuer un stage à l’étranger pendant l’année suivant l’obtention du diplôme. C’est une alternative intéressante à la période d’inactivité qui touche un grand nombre de jeunes diplômés à la sortie de leurs études. Le projet est intéressant même si je n’aime pas vraiment l’idée que les jeunes professionnels soient condamnés à enchaîner quantité de stages alors qu’ils sont en mesure de prétendre enfin à un vrai emploi et surtout à un vrai salaire après l’obtention de leur diplôme (surtout après avoir effectué souvent deux ou trois stages longue durée). Le stage de fin d’étude a malheureusement de moins en moins la vocation de préparer l’embauche de l’étudiant dans l’entreprise d’accueil qui passe pourtant plusieurs moi à le former…Cela entretient la précarisation de cette population. Cependant, réaliser ce stage à l’étranger ouvre des perspectives de formation et d’expérience plus large qu’un stage en France. Cela me dérange moins de réaliser un quatrième stage à l’étranger plutôt qu’en France. Personnellement, en tant que jeune diplômée, je refuse de faire un stage supplémentaire en France. Je pense que cela encourage les recruteurs à profiter de la situation et de proposer des stages aux jeunes diplômés alors qu’ils devraient pouvoir prétendre à un vrai poste rémunéré. Sans parler que les stages de jeunes diplômés réduisent les chances d’en trouver un pour les étudiants en cours de formation.

« L’expérience Erasmus est une expérience qui ne s’arrête jamais,
on la porte toute sa vie »

Enfin, je soulignerai aussi les efforts en termes de coopération et de partenariat pour l’innovation et le partage d’expériences. Je crois que le rapprochement entre le monde de l’éducation et de la formation avec celui de l’entreprise est indispensable. Il y a un fossé entre ces deux entités : il est impératif de procéder à des ajustements pour installer une transition adéquate. Erasmus+ tend à faire évoluer les choses en ce sens.

Des belles histoires durant un séjour de mobilité Erasmus, il y en a tellement ! La découverte à tous les niveaux rend l’expérience passionnante : une culture, des rencontres, des façons de penser, de travailler, d’étudier, de vivre différentes et parfois surprenantes. On a un autre regard sur notre propre société d’origine. Pour moi, l’expérience Erasmus est une expérience qui ne s’arrête jamais, on la porte toute sa vie, c’est addictif. J’ai commencé par étudier en Espagne, j’ai ensuite fait un stage en Finlande dans le cadre de mon Master, je recherche actuellement un stage aux Pays-Bas en tant que jeune diplômée. Je prévois ensuite de m’insérer professionnellement à l’étranger, probablement hors Europe.

Je reviens de mobilité avec tout d’abord une excellente maîtrise de la langue. Ensuite, un projet de mobilité constitue un ensemble de démarches, d’obstacles parfois, de difficultés. Je pense que cela m’a permis de développer mon sens de l’organisation, de la persévérance et aussi ma confiance lorsque l’on voit que l’on a réussit à faire ce que l’on voulait. Je me sens facilement adaptable devant l’inconnu et peut-être plus positive : à chaque problème sa solution ! Cela joue forcement sur notre personnalité aussi : on en devient plus ouvert aux autres, on développe une meilleure qualité des relations que l’on peut avoir avec les autres je pense. Je ne me sens plus seulement française, le monde me paraît plus petit. Et puis, j’allais oublier, on revient avec un CV original qui parle de lui-même concernant nos compétences!

Témoignages associés