Share on FacebookTweet about this on Twitter

Les ambassadeurs

Faire son stage de Terminal Bac Pro spécialité plomberie-chauffage en Crète

Denis, Etudiant

Crète - Stage

Originaire de Toulouse et Compagnon du Devoir, Denis est en plein tour de France. Il a découvert Erasmus+ en 2015 à l’occasion d’un voyage en Crète de trois semaines en tant qu’apprenti.

Vous êtes parti avec Erasmus+ alors que vous n’aviez même pas 18 ans…
Oui, c’était en 2015, au début de ma 3e année d’apprentissage, donc en Terminale bac professionnel, dans la spécialité plomberie-chauffage. Je suis parti 3 semaines en Crète avec ma classe. J’avais 17 ans.

Dans quel cadre se passait ce voyage ?
J’étais en formation aux Compagnons du Devoir. Dans mon contrat d’apprentissage, il était prévu un séjour de trois semaines à l’étranger. Pendant cette période, j’étais payé par mon entreprise en France. Le voyage en Crète était contractuellement considéré comme une période à l’école.

Votre employeur a donc accepté ?
Oui, il savait que c’était prévu. Il a donc signé même si au fond de lui, il pensait que c’était des vacances.

Partir quand on a 17 ans, ce n’est pas facile. Etiez-vous accompagné dans vos démarches ?
Ce sont les Compagnons qui ont tout organisé : les démarches, le choix de l’entreprise d’accueil, le logement et les transports… Nous avons eu une réunion préparatoire, des documents à remplir, et c’est ainsi que j’ai découvert Erasmus+.

Vous êtes donc parti avec toute votre classe ?
Oui, nous étions répartis dans plusieurs entreprises. Je travaillais dans la maintenance d’un grand hôtel luxueux équipé des spas. Les travailleurs crétois font des petites journées. La première semaine, nous travaillions entre 8h30 et 15h et la semaine d’après entre 15h et 19h. Le reste du temps, nous avons visité le pays, de grands sites et de grandes infrastructures. Nous avions une traductrice très disponible et passionnée, qui nous a présenté des amis, et montré des endroits peu connus et non touristiques. Elle nous a fait vraiment visité son pays.

Dans quel état d’esprit étiez-vous ?
Enthousiaste ! Je savais que c’était une expérience que je n’étais pas prêt de renouveler. Sur place, nous avions des libertés. Chez les Compagnons, en effet, les relations sont surtout basées sur la confiance. Le responsable qui était le formateur nous laissait sortir, découvrir à notre rythme.

Que vous a apporté ce voyage ?
L’envie de repartir ! A l’occasion de mon Tour de France, j’aimerais aller en Nouvelle-Zélande.

Expliquez-nous un peu ce qu’est le Tour de France pour un Compagnon ?
Lorsqu’on a fini l’apprentissage – ce qui est mon cas – on part sur le Tour de France, pendant une durée minimum de quatre ans. Tous les ans, on change de ville pour découvrir différents modes de travail, ce qui est un enrichissement à la fois culturel et technique. Cette année par exemple, je suis à Bordeaux. On a des cours le soir et les week-ends ; le reste du temps, on travaille dans une entreprise. La dernière année, il est possible d’aller dans un autre pays… Pour moi, ce sera la Nouvelle-Zélande si c’est possible !

Témoignages associés