Share on FacebookTweet about this on Twitter

Les ambassadeurs

Erasmus + pour développer la politique internationale de Centrale Marseille

Emmy, Responsable Relations Internationales - Ecole Centrale Marseille

Europe - Internationalisation

L'une des plus importantes composantes de la politique internationale de Centrale Marseille est l'internationalisation du cursus ingénieur. Les élèves-ingénieurs de Centrale Marseille ont une mobilité internationale obligatoire lors de leur cursus afin d'obtenir le diplôme d'ingénieur.

L’une des plus importantes composantes de la politique internationale de Centrale Marseille est l’internationalisation du cursus ingénieur. Les élèves-ingénieurs de Centrale Marseille ont une mobilité internationale obligatoire lors de leur cursus afin d’obtenir le diplôme d’ingénieur.

Cette mobilité peut prendre plusieurs formes : mobilité académique de courte durée (un semestre), mobilité académique de longue durée (double diplôme), stages en laboratoire, stages en entreprise et les années de césure. La stratégie internationale de Centrale Marseille est naturellement orientée vers des partenaires européens : les financements Erasmus, le système de crédits ECTS, les calendriers académiques et la proximité géographique permettent une mobilité plus aisée aux élèves et une gestion administrative plus efficace aux services concernés. Pour favoriser la diversité des destinations et afin de faciliter l’intégration des élèves, des modalités spécifiques sont mises en œuvre au niveau linguistique : le département de langues accepte les débutants pour certaines langues et une troisième langue peut être étudiée. Centrale Marseille alloue un budget dont chaque étudiant dispose pour passer une certification de langue, principalement en anglais.

Cette politique d’internationalisation, soutenu par le Programme, a porté ses fruits car environ 80% des élèves effectuent une mobilité en Europe.

Pour l’implémentation du Programme, nous utilisons depuis plusieurs années une plate-forme dédiée à la gestion de la mobilité internationale. Ce progiciel a entièrement été paramétré selon les exigences d’Erasmus+ afin d’en faciliter la mise en place. Ainsi les nouveaux accords Erasmus+ ont pu être édités, et toute la gestion administrative et financière peut se faire également via cette même plate-forme. Cela n’est pas toujours aisé car il y a beaucoup de paramètres et rubriques à renseigner, comme par exemple les montants variables des bourses selon le niveau de vie du pays d’accueil.
Dans l’avenir, plusieurs points de la Charte Erasmus+ nécessiteront plus d’attention. Une politique réussie de coopération internationale consiste en un équilibre des flux entrant et sortant d’élèves. Actuellement les promotion sont composés d’environ 18% d’élèves internationaux. Parallèlement, la mobilité des personnels (scientifique et administratifs) est un autre vecteur très important de internationalisation du cursus et de la dimension internationale de l’établissement . Ces mobilités sont existantes mais encore trop timides pour le moment.

Une vision novatrice du Programme est l’ouverture vers le monde de l’entreprise qui peut être impliqué comme partenaire à part entière dans les projets tels que les partenariats stratégiques et les alliances de la connaissance : ce qui était fait localement par les établissements de l’enseignement supérieur et leurs partenaires socio-économiques (stages, collaborations avec les entreprises, formation continue,…) va se faire dans un cadre plus européen et permet d’ajouter aux aspects politique et culturel également la dimension économique.
Le Programme offre également l’opportunité aux groupements existants de se voir mieux reconnus, de renforcer la mutualisation de leurs moyens et d’initier de nouveaux projets comme cela se fait actuellement via le plate-forme Euromed mobilities qui a comme objectif de développer des coopérations sur le territoire euro-méditerranéen.

En tant qu’évaluateur Erasmus+ pour plusieurs Agences Nationales, j’ai été impressionnée par certains projets qui ont été soumis dans le cadre du nouveau Programme. Un conseil que je voudrais donner aux porteurs de projet, serait de bien définir le rôle et la plus-value de chaque partenaire, et également de bien analyser et différencier les besoins financiers .
Enfin, pour tous les personnels de Centrale Marseille, la plus belle récompense est de voir les parcours extrêmement riches et variés de nos élèves, souvent trilingues et de voir qu’une expérience à l’étranger est désormais une évidence pour eux !

Témoignages associés