Share on FacebookTweet about this on Twitter

Les ambassadeurs

Créer des partenariats entre universités

Rémy, Enseignant

Pologne - Partenariat

Rémy Dupas est enseignant-chercheur à l’IUT (Institut universitaire de technologie) d’Agen, dans le Lot-et-Garonne, qui dépend de l’université de Bordeaux. Ses spécialités : la logistique, la gestion des stocks et l’informatique. Grâce à une ancienne étudiante qu’il a retrouvée des années après, il a noué des partenariats avec l’université de Lodz en Pologne.

Vous êtes parti enseigner pour la première fois en Pologne, en 2016. Pourquoi ce choix ?
J’ai passé une partie de ma carrière dans le Nord de la France, à l’université d’Artois. A cette époque, j’avais une étudiante polonaise. Des années après, alors que j’étais en poste à l’université de Bordeaux, je l’ai retrouvée à l’occasion d’une conférence à laquelle nous assistions tous les deux. Elle était devenue enseignante à l’université polytechnique de Lodz, en Pologne, en nous nous sommes rapidement dit qu’il fallait que nous développions un partenariat.

Pourquoi développer un partenariat entre votre IUT et une université polonaise ?
Je suis toujours à la recherche d’ouvertures et de contacts vers l’extérieur, il est important de communiquer avec des collègues étrangers. Dans mon département, les coopérations et mobilités Erasmus+ n’étaient pas assez développées : aucun étudiant du département QLIO (Qualité logistique industrielle et organisation) que je dirige n’était parti en Erasmus. Or, ils sont une cinquantaine par promotion.

Qu’a apporté ce partenariat ?
En 2016, nous avons établi une convention Erasmus+ qui, en plus de mes voyages, nous a permis d’accueillir une enseignante polonaise qui est venue donner 4 heures de cours dans mon département. Les étudiants en ont également profité : un étudiant de QLIO a fait son 4ème semestre du DUT à Lodz. Et cette année, deux étudiantes ont déjà déposé une demande pour aller faire leur mobilité dans cette même université.

A chaque voyage, vous partiez une semaine. Comment se déroulaient vos journées ?
Je donnais des cours à des étudiants de niveau master (4e année), dans un département informatique. C’était la première fois que je donnais un cours de plusieurs heures en anglais : un vrai challenge personnel ! J’ai aussi participé des séminaires de recherche où j’ai pu présenter mes travaux et l’université de Bordeaux. Enfin, j’ai visité un peu le pays.

Justement, quels souvenirs vous laisse la Pologne ?
C’est un pays qui a l’air jeune et dynamique. Au quotidien, j’ai trouvé que lieux publics étaient très propres et bien équipés : beaucoup de trains sont neufs et équipés de la wifi ! Autre chose : partout où je me suis promené, à Cracovie comme à Varsovie, on voit encore les traces de la guerre, de l’occupation soviétique. Le poids de l’Histoire se fait sentir. Ce qui peut être très positif : par exemple, le midi, il est possible de manger dans des petites cantines telles qu’on devait en trouver à l’époque communiste, qui servent des repas simples et très agréables.

Professionnellement, que vous ont apporté ces voyages ?
D’abord, une meilleure connaissance de mes collègues polonais et le développement d’un partenariat plus poussé, du coté de la Recherche ; en effet, nous étudions en ce moment les possibilités de travailler avec le laboratoire de recherche sur la logistique et les transports de l’université de Lodz. Ensuite, j’ai pu vérifier comment était accueilli un de nos étudiants qui était parti en Erasmus+ en même temps que moi, en 2017. J’ai pu discuter avec son enseignant polonais et me rendre compte que nos étudiants QLIO d’Agen pouvaient parfaitement s’adapter et réussir à l’étranger.

Témoignages associés