Share on FacebookTweet about this on Twitter

Les ambassadeurs

Améliorer mon espagnol professionnel

Marine, Etudiant

Espagne - Etude

Partir étudier à Valladolid pour améliorer son Espagnol, découvrir un autre culture.

Dans le cadre de mon diplôme, je devais passer obligatoirement au moins 4 mois à l’étranger ou faire un stage. J’ai choisi de partir en Erasmus+. Comme mon classement n’était pas exceptionnel et mes résultats au TOEFL un peu insuffisant, mon choix a été restreint. Mais j’ai quand même choisi de partir en Espagne, même si ce n’était pas forcément une destination qui m’attirait.

Je n’ai  pas rencontré de difficultés pour me loger. L’université de Valladolid m’a contacté très rapidement pour me souhaiter la bienvenue et me proposer 3 possibilités pour mon installation : une chambre universitaire près du campus ; un logement en colocation avec d’autres Erasmus ; ou trouver un logement par mes propres moyens. J’ai choisi la colocation, je trouvais ça plus sympathique ! On m’a trouvé un appartement, plutôt correct. Je l’ai partagé avec 2 amies turques. Elles étaient très agréables, elles avaient très envie de partager leur culture, que je ne connaissais pas vraiment. Et leur cuisine aussi ! Du coup, ça s’est très bien passé…
Le service des relations internationales de l’université m’a bien accompagné. Son personnel a toujours été disponible, à l’écoute et il m’a toujours donné de bons conseils. Surtout, j’ai été suivie par un « mentor », une étudiante espagnole, y compris avant mon départ. Elle m’a envoyé des messages, on a échangé sur Facebook, elle m’a aidé dans le choix des matières. L’accueil a été top !

Le campus de Valladolid est énorme.

J’étais à la faculté des Sciences économiques. Choisir les cours a été un peu compliqué : mon école de commerce à Bordeaux a été très exigeante et il n’y avait pas beaucoup de cours qui correspondaient à ma spécialisation marketing et communication. Construire un planning pour obtenir mes 30 crédits n’a pas été facile. Mon professeur référent à Valladolid a été très présent, il m’a beaucoup aidé et tout a fini par rentrer dans l’ordre. J’ai suivi des cours intéressants, même si ils étaient beaucoup plus théoriques que ceux que je suivais en France. Par contre, les enseignants étaient très sympathiques.  Ce qui m’a beaucoup impressionnée en début d’année, c’est que les étudiants choisissaient presque plus les cours en fonction du professeur que de la matière. On nous a d’ailleurs expliqué que si l’enseignant ne nous plaisait pas, on pouvait en changer !

Les travaux en groupe m’ont permis de me mélanger avec les étudiants espagnols, et ça s’est très bien passé. Ils ont vraiment pris le temps de nous intégrer, c’était appréciable.

 » Il n’y avait jamais de cours magistraux le vendredi ! Je suis arrivée un matin, avec 2 autres étudiantes françaises et là, surprise, les salles de cours étaient toutes fermées. Personne ! En cherchant, nous sommes tombées sur un concierge qui nous a informées qu’il n’y avait pas cours le vendredi. Je crois qu’il nous a un peu pris pour des illuminées ! « 

J’ai bien aimé Valladolid.

C’est une ville à taille humaine. C’est très animé le soir, tout le monde sort. Les habitants sont très croyants, il y avait souvent des fêtes religieuses.

J’ai pu visiter la ville dès mon arrivée. L’association Erasmus nous a fait visiter les musées, les monuments historiques, etc. J’ai d’ailleurs pu voir une belle exposition sur Dali !

Concernant le coût de la vie : tout est bien moins cher qu’en France. Par rapport à mes loyers à Paris et Bordeaux, cela n’avait rien à voir. Je payais 235 euros/mois, charge comprise ! La nourriture était bien plus abordable aussi, mais peut-être  de moins bonne qualité qu’en France. J’allais dans un supermarché où il n’y avait pas énormément de choix. Cela ressemblait davantage à un magasin discount d’ailleurs. Autre point positif, le budget « soirée » est aussi bien moins important qu’en France.

Comme j’habitais près de la faculté, je n’avais pas besoin de prendre les transports en commun. Autrement, il existe un réseau de bus qui fonctionne très correctement pour se déplacer dans Valladolid.

Je garde en tête plein de bons souvenirs…

Mais il y en a un dont je me souviendrais sûrement très longtemps. C’était pendant la semaine sainte. Nous sommes partis à cinq en « roadtrip ». C’était génial ! C’est à ce moment-là que j’ai eu un vrai déclic, que j’ai senti que je maîtrisais mieux la langue, que m’exprimer en espagnol devenait naturel. Je devais parler espagnol 24h/24, je n’avais pas le choix ! Je me suis vraiment senti à l’aise à partir de ce moment-là…  Mais de manière générale, les rencontres que j’ai faites pendant mon Erasmus resteront gravées dans ma mémoire…

Mon séjour Erasmus m’a permis de beaucoup améliorer mon espagnol, pour discuter dans la vie de tous les jours mais aussi au niveau « business ». J’ai fait de très nombreuses rencontres, des personnes de toute l’Europe. J’ai bien senti que j’ai évolué pendant ce séjour, ça m’a ouvert l’esprit !

 

Erasmus Citylife - Valladolid vu par Marine

Photos : Marine Vieux